Deolinda

Passou Por Mim e Sorriu

"Un mal dont on jouit, un bonheur dont on souffre".
C'est le poète portugais David Mourao Ferrera qui définit ainsi le Fado. Mais ici la robe traditionnelle noire fait place à une lisboète imaginaire haute en couleurs qui observe à sa fenêtre le monde et son quotidien.

Déliant les codes du genre à base de culture folk, d'humour surréaliste et d'imprévus poétiques, Deolinda c'est le Fado en mode bonne humeur majeure.
Ainsi, ces érudits formés au jazz et au classique donnent à comprendre ce Portugal du 21ème siècle, entre tradition et crise économique.

Une satire sociale d'une telle justesse que des titres de Deolinda sont devenus grâce au web la bande son de la contestation portugaise face à la crise. Un fado 2.0 où se rejoignent conscience politique, joie et exultation de la danse. Grâce à deux frères, leur cousine et son mari qui donnent vie à cette Deolinda si malicieuse et décidément bien dans son temps.